Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de danne

Le blog de danne

Récits de vie, mémoire et fiction, assortis de quelques réflexions. Dans l’attente de vos remarques, et, pourquoi pas, de vos propres récits. Rendez-vous à la rubrique « commentaires ».

Publié le par danne
Publié dans : #Mes livres
Fille 

Camille Laurens 

 

Elle se parle à elle -même, tantôt à la première personne, tantôt à la seconde, comme pour interroger son identité de femme qui constitue l’objet du livre, roman ? Auto Fiction ? Démonstration ?

Identité de fille d’abord. Le leitmotiv du récit, c’est le malheur de naître fille. 
Tous les âges y passent, à travers la vie de Laurence, la narratrice. La naissance, où se révèle la petite différence qui fait de vous le choix du roi, ou, comme un pis-aller, une fille. Elle est deuxième fille, déception du père, obnubilé par la naissance d’un fils. D’autant plus qu’une troisième fille décède à la naissance. 


Laurence vit donc, avec sa sœur aînée Claude, sa vie de fille, jongle avec les préjugés et les tabous de son entourage, à commencer par le père médecin. Nous suivons son rapport au corps, l’éveil de la sexualité, les agressions incestueuses, la puberté et la malédiction des règles. Nous savons tout de ses expériences, émois amoureux et ruptures, l’avortement caché. Et puis le mariage, l’arrivée dramatique  d’un garçon mort né, Tristan, l’effilochement du couple, la naissance d’une fille, Alice, garçon manqué qui va jouer à remplacer le frère manquant. La dislocation des couples, la difficile relation mère fille, et là voilà, une génération plus tard, devant un nouveau défi, la « différence » de sa fille à laquelle il faudra bien s’habituer ! Et le petit frère que son père lui a enfin donné avec une femme plus jeune que sa fille.


Le malheur de naître fille ? Nous retrouvons dans ce récit tout ce qui a mobilisé la deuxième moitié du 20ème siècle au sujet de la condition féminine. C’est peut-être trop. Trop démonstratif, trop nombriliste, trop revendicatif, trop complaisant. Je n’ai pas vraiment accroché.
 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog