Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de danne

Le blog de danne

Récits de vie, mémoire et fiction, assortis de quelques réflexions. Dans l’attente de vos remarques, et, pourquoi pas, de vos propres récits. Rendez-vous à la rubrique « commentaires ».

Publié le par danne
Publié dans : #Mes livres
Le pays des autres

Leila Slimani 


Comme son titre l’indique, le roman porte sur l’exil, le dépaysement, le sentiment de ne jamais être chez soi. 
Il se déplace entre la France et le Maroc, de la fin de la guerre de 39-45 aux luttes des années 50 pour l’indépendance. Le Maroc est alors sous protectorat français depuis 1912 et devient indépendant en 1956.
Amine fait partie des troupes d’outremer qui ont participé à la libération de la France et se retrouve dans l’Est de la France. Mathilde, jeune bourgeoise , s’ennuie dans cette France occupée et est vite séduite par le valeureux militaire. Dans la foulée, elle l’épouse et le suit au Maroc où il entreprend la mise en valeur d’un lopin de terre aride et caillouteux légué par son père.
Il est maintenant dans son pays et c’est elle l’étrangère. C’est plus difficile qu’elle ne l’aurait cru. Amine est repris par des traditions qu’elle comprend mal, et il faut composer avec la famille, les fermiers voisins, la cohabitation entre colons et indigènes. Leur couple doit jouer sur les 2 tableaux et Mathilde navigue entre l’adaptation assumée à un mode de vie austère et la nostalgie de son Alsace natale. Leur petite fille, aux cheveux incoiffables, surpasse ses congénères blondes dans l’école catholique où elle peine beaucoup à se faire accepter. Amine lui-même concurrence, par un travail acharné et de solides compétences, les colons des fermes environnantes. La petite famille surmonte tant bien que mal les pièges de sa double appartenance, mais la situation va se compliquer quand elle se trouve confrontée à la montée des luttes pour l’indépendance. Par petites touches les tensions s’aggravent jusque dans la famille, le voisinage. Traîtres potentiels des deux côtés ? Est-il encore possible de vivre comme étranger dans le pays de l’autre , quand une coexistence bancale fait place aux règlements de compte ?

L’écrivaine est elle-même franco-marocaine, de culture française, prix Goncourt pour « Une chanson douce »en 2016. Elle-même doit donc jongler entre 2 pays et 2 cultures. L’histoire d’Amine et Mathilde ressemble à celle de ses parents, et elle pourrait être la petite métisse aux cheveux trop frisés.
Les situations s’appuient sur une réalité historique et géographique complexe, et les personnages essaient de s’en accommoder. Ils sont eux-mêmes complexes, toujours un peu étrangers au milieu dans lequel ils se retrouvent. Quels que soient leurs efforts ils se retrouvent emportés par une histoire qui les dépasse. La rencontre des cultures n’est pas un long fleuve tranquille !
 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog